fbpx

Lorsque le contrat d’un salarié prend fin, vous devrez réaliser le solde de tout compte et fournir tous les papiers nécessaires et obligatoires. Pour calculer le dernier bulletin de salaire de l’employé, il faudra être attentif aux indemnités prévues, selon le type de contrat et le motif de fin.

Dans cet article, je vais vous expliquer comment calculer les indemnités lors de la fin de contrat avant de remettre les documents de fin de contrats.

Fin de contrat ou licenciement ?

Avant de calculer les indemnités de fin de contrat, il est important de s’informer sur la raison du départ du salarié. En effet, plusieurs cas de figure sont possibles et par conséquent ne seront pas traités de la même façon.

Le salarié peut quitter l’entreprise suite à :

  • Fin de contrat CDD, saisonnier ou apprentissage ;
  • Démission ;
  • Licenciement pour faute, licenciement économique ;
  • Départ à la retraite.

Chaque situation ou presque donne droit à une indemnité spécifique de fin de contrat. C’est pourquoi, avant de réaliser la fiche de paie, je vous conseille de bien contrôler le contrat dudit salarié ainsi que la convention collective de l’entreprise.

Liste des indemnités de fin de contrat

Voici plus en détail les différentes indemnités que vous pourrez rencontrer lors de votre carrière en tant que gestionnaire de paie. Faites preuve de vigilance, une indemnité donnée par erreur ou mal calculée peut coûter cher à l’entreprise.

1 /Indemnité de licenciement

En cas de licenciement, le salarié va percevoir une indemnité de licenciement. Cette dernière est généralement mentionnée sur la convention collective applicable à l’entreprise. L’indemnité de licenciement n’est pas versée si le salarié est licencié pour faute grave ou encore pour faute lourde. La rupture du contrat de travail par rupture conventionnelle entre dans ce cadre.

En l’absence de convention collective, ou si elle est plus favorable, l’indemnité légale de licenciement sera versée en remplacement. L’ancienneté pour prétendre à l’indemnité légale est de 8 mois. Selon l’article R 1234-2 du Code du travail, l’indemnité légale de licenciement ne peut être inférieure à :

  • un quart de mois de salaire par année d’ancienneté jusqu’à 10 ans ;
  • un tiers de mois de salaire par année d’ancienneté à partir de 10 ans et au-delà.

Exemple : un salarié perçoit 2000 euros de salaire mensuel et possède une ancienneté dans l’entreprise de 25 ans. L’indemnité est égale à :

(2000 x (10 x ¼)) + (2000 x (15 x 1/3)) = 15 000 euros.

Bon à savoir, le salaire, qu’il faudra prendre en compte pour réaliser le calcul, sera le salaire moyen des 12 ou 3 derniers mois, en conservant le plus avantageux pour le salarié.

2 /Indemnité de fin de contrat déterminé (CDD)

L’indemnité de fin de contrat déterminé, aussi appelée prime de précarité, est égale à 10 % du montant total des salaires perçus, à l’exclusion de l’indemnité des congés payés. Cette indemnité n’est pas due dans le cadre d’un contrat CDD saisonnier. Une indemnité compensatrice de congés payés sera également à verser si le salarié n’a posé aucun jour. Soyez vigilant au calcul à réaliser. En effet, il conviendra de calculer la prime de précarité d’abord, puis l’indemnité compensatrice.

Exemple : un salarié a gagné 1500 euros par mois durant 4 mois. Le calcul à réaliser est le suivant :

1500 x 4 = 6000 euros.

6000 x 10 % de précarité = 600 euros

6000 + 600 de précarité x 10 % de CP = 660 euros

Salaire brut du 4ème mois = 1500 + 600 + 660 = 2760 euros

3 /Indemnités relatives à la retraite

Il existe deux possibilités pour un salarié de quitter l’entreprise pour profiter de sa retraite. Selon que le départ soit à l’initiative du salarié ou de l’employeur, l’indemnité est différente.

L’indemnité de départ à la retraite est versée au salarié ayant fait le choix de mettre fin à son contrat de travail. L’indemnité est généralement conventionnelle, si elle est plus avantageuse à l’indemnité de départ légale. Selon le Code du travail et l’article D. 1237-1, l’indemnité légale est versée sous réserve que le salarié soit dans l’entreprise depuis plus de 10 ans. Son montant correspond à :

  • un demi-mois de salaire pour 10 ans d’ancienneté ;
  • un mois de salaire pour 15 ans d’ancienneté ;
  • un mois et demi pour 20 ans d’ancienneté ;
  • deux mois pour 30 ans d’ancienneté.

L’indemnité de mise à la retraite est versée au salarié dont le départ de l’entreprise est à l’initiative de l’employeur. Sauf indemnité conventionnelle plus favorable, le salarié peut bénéficier de l’indemnité légale de mise à la retraite. Le calcul de l’indemnité est le même que l’indemnité légale de licenciement, à savoir :

  • Un quart de mois de salaire par année d’ancienneté jusqu’à 10 ans ;
  • Un tiers de mois de salaire par année d’ancienneté supplémentaire à partir de 10 ans et au-delà.

Toutes ces indemnités de fin de contrat sont soumises aux cotisations sociales ainsi qu’à l’impôt sur le revenu. L’indemnité de licenciement et l’indemnité de mise à la retraite ne sont pas concernées jusqu’à un certain montant :

– Indemnité de licenciement : pas de cotisations sociales si cette dernière est inférieure à 2 fois le plafond annuel de la sécurité sociale (PASS), soit 82 272 euros en 2020. Pas soumise à l’impôt sur le revenu si elle est inférieure à 6 PASS, soit 246 816 euros en 2020 ;

– Indemnité de mise à la retraite : pas de cotisations sociales si son montant est égal ou inférieur à 2 PASS. Pas soumise à l’impôt sur le revenu si son montant est égal ou inférieur à 5 PASS, soit 205 680 euros en 2020.

 Pour vous entrainer e t apprendre la paie: https://anthony.systeme.io/55870e8f

Vous aimerez aussi :

Comment faire un bon CV à partir d’un CV quelconque

Vous cherchez votre premier travail ou un nouveau poste et vous cherchez à maximiser vos chances d’être recruté. Vous devez avoir un bon CV. Un bon CV ouvre les portes des meilleures entreprises. Les mêmes entreprises qui vous offriront : D’excellentes conditions de...

Devenir gestionnaire de paie sans diplôme

Vous aimez l’idée de devenir gestionnaire de paie, mais : Vous n’avez pas le temps pour passer par la case diplôme. Par diplôme, j’entends l’obtention du titre professionnel niveau III de gestionnaire de paie ou la licence professionnelle PAIE… Bref, un diplôme...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sed tempus consectetur neque. fringilla dolor. ipsum felis